Accueil d'un proche dépendant : tout faire pour optimiser son logement

Décider d’accueillir un proche en situation de dépendance chez soi lorsqu’il ne peut plus rester seul, c’est un acte d’amour, qui doit se traduire par des actions matérielles pour que tout se passe au mieux.

23/1/2023

Devenir aidant en accueillant un proche à domicile : les pré-requis

Avant d’accueillir un proche en perte d’autonomie chez soi, il faut réfléchir à tout ce que cette décision implique, à court, moyen et long termes. Les questions à se poser sont notamment les suivantes :

·       Mon conjoint et mes enfants sont-ils d’accord et accepteront-ils de prendre le relais à certains moments ?

·       L’état de santé de mon proche est-il compatible avec un maintien à domicile ?

·       Suis-je suffisamment disponible, en temps et en charge mentale, pour m’occuper d’une personne en situation de dépendance ?

·       Mon logement est-il assez vaste pour que le proche dépendant conserve son intimité et que l’équilibre de ma famille ne soit pas bouleversé ?

·       Quel est le montant des travaux à prévoir pour aménager mon logement en vue de l’accueil d’une personne dépendante ou en situation de handicap ?

Il faut pouvoir apporter une réponse claire à toutes ces questions avant de franchir le cap.

Accueillir un proche dépendant chez soi : les aménagements nécessaires

À moins d’avoir fait construire une maison neuve adaptée aux personnes à mobilité réduite, des aménagements sont toujours nécessaires pour permettre l’accueil d’une personne dépendante chez soi en toute sécurité, et de manière à ce que chacun ait l’impression d’être « chez soi ». Il faut notamment pouvoir attribuer au nouveau venu une chambre à soi. L’idéal est que le proche dépendant puisse la meubler en partie avec du mobilier et de la décoration qui lui appartiennent, afin de ne pas être dépaysé.

 

Il est également indispensable de procéder à des aménagements qui garantissent la sécurité du proche dépendant :

·       procéder à une transformation de la baignoire ou du bac de douche surélevé en douche à l’italienne, de préférence avec un banc de douche, et suffisamment grande pour qu’un auxiliaire de vie puisse aider à la toilette si besoin ;

·       opter pour l’installation de toilettes adaptées au handicap, notamment avec des poignées qui aident au relevage ;

·       éliminer tous les éléments susceptibles de provoquer des chutes de plain-pied : fixer ou retirer les tapis, éviter que des câbles électriques courent sur le sol, appliquer du revêtement antidérapant sur les marches d’escalier et installer une main-courante, mieux éclairer toutes les pièces –et en particulier les escaliers.

 

Accueil d’un proche dépendant chez soi : accepter de l’aide

Accueillir un proche dépendant chez soi, c’est un engagement 24 heures sur 24. Ce qui n’est pas forcément évident lorsque l’on a une vie de famille, des enfants, et que l’on exerce une activité professionnelle. Pour éviter de s’épuiser moralement et physiquement — ce qui contribuerait à détériorer sa relation avec la personne accueillie —, il faut savoir bien s’entourer et déléguer les tâches qui peuvent l’être.

 

https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/solutions-pour-les-aidants/soutien-financier/heberger-un-proche

https://www.capretraite.fr/blog/maintien-a-domicile/perte-dautonomie-proche-age-sinstaller-chez