Faire face à la maladie ou à la dépendance chez un proche : une facette difficile du rôle d’aidant

En tant qu’aidant, vous assurez la prise en charge d’un parent, d’un enfant, d’un conjoint ou de toute autre personne faisant partie de votre entourage. Mais lorsque votre proche subit une perte d’autonomie ou apprend l’annonce d’une maladie, si cela représente une épreuve difficile pour l’aidé, il en est de même pour l’aidant. En effet, vous allez devoir gérer l’organisation de la vie courante, celle de l’aidé et la vôtre, mais également parvenir à gérer l’état psychologique de votre proche, sans oublier le vôtre. Faire face à la maladie ou à la dépendance chez un proche, une facette difficile du rôle d’aidant. Cet article vous aidera à y voir plus clair sur tout cela.

6/6/2022

Faire face à la maladie chez un proche

Si l’annonce de la maladie de l’un de vos proches est une épreuve très difficile à vivre, c’est également une épreuve qui vient bouleverser votre quotidien, notamment si vous êtes l’aidant de cette personne.Une fois passés le choc de l’annonce et son acceptation, l’aidant doit alors penser à toute l’organisation à mettre en place pour que le malade puisse continuer à vivre le quotidien du mieux possible et qu’il soit alors bien entouré.

Le rôle de l’aidant peut s’avérer parfois très complexe devant la réaction de l’aidé. En effet, ce dernier peut se laisser aller, refusant de se battre pour guérir. Votre proche peut également traverser une phase de déni qui est, psychologiquement, très éprouvante pour l’aidant. Entant qu’aidant, l’accueil de la maladie de l’un de vos proches nécessite un soutien, de l’aide, une écoute et c’est bien ce qui fait défaut à beaucoup d’aidants. N’hésitez alors pas à demander de l’aide, et si vous ne savez pas où en demander, contactez-nous pour en parler et laissez-vous guider par nos experts de l’accompagnement de l’aidant. Votre entourage peut être présent, mais peut également manquer d’informations pour vous soutenir et vous conseiller au mieux ou minimiser ce que vous pouvez ressentir face à une telle étape de votre vie.

Qu’est-ce que la dépendance ?

Un proche dépendant, c’est un proche qui a perdu en autonomie et qui a forcément besoin de l’aide d’un tiers. Cela peut être pour des tâches à réaliser au domicile (faire les courses, préparer le repas, faire le ménage) comme des actes de la vie quotidienne (s’habiller, se laver, se déplacer, prendre ses médicaments).

La dépendance peut survenir avec l’âge et le vieillissement, mais votre proche peut également avoir besoin d’aide s’il est en situation de handicap suite à un accident ou bien qu’il est tombé malade (maladie physique telle que le cancer ou maladie psychique telle qu’Alzheimer). Parfois, votre proche peut cumuler une perte d’autonomie physique et mentale.

Comment mesurer le degré de dépendance ?

Pour obtenir l’allocation personnalisée d’autonomie, il est indispensable d’évaluer le degré de dépendance de votre proche. Le résultat se situe sur une échelle de 1 à 6 (1 correspondant au degré de perte d’autonomie le plus élevé).

Le rôle de l’aidant face à la dépendance ou à la maladie

Votre proche vient d’apprendre une maladie ou fait face à une perte d’autonomie. En tant qu’aidant, des épreuves de vie compliquées à accepter et à vivre au quotidien. La maladie et la dépendance engendrent énormément de difficultés chez l’aidant, qu’elles soient matérielles ou psychologiques.

Le coût généré par la dépendance ou la maladie

Si vous êtes aidant, que vous prenez soin d’un proche dépendant et/ou malade, vous aurez pu constater que cela représente un certain nombre de frais : les trajets à effectuer, les moyens mis en place pour venir en aide à votre proche et qu’il puisse rester à domicile, le placement dans un établissement spécialisé dans certains cas, la livraison de repas, les équipements à acheter pour la sécurité de votre proche…

Malheureusement, les aides délivrées par les différents organismes ne permettent pas toujours une prise en charge globale de l’ensemble de ces frais. Si votre proche perçoit une faible retraite, vous n’aurez d’autre solution que de participer à ces dépenses, à condition que vous soyez en mesure de le faire. Malheureusement, à ce jour, encore trop de personnes ne parviennent à participer à ces frais qui s’avèrent souvent très élevés. Connaissez-vous les différentes aides destinées à l’aidant ?

Le temps passé à s’occuper d’un proche malade ou dépendant

Tel que nous l’évoquions dans l’article concernant l’isolement des aidants, votre rôle auprès de votre proche vous prendra énormément de temps. Cela a souvent un impact sur votre vie privée, mais peut également impacter votre vie professionnelle. Si le temps passé auprès de votre proche génère chez vous stress et fatigue influant sur votre quotidien en général, vous manquerez également de temps pour votre famille, vos amis, vos activités personnelles, vos projets professionnels. Le rôle d’aidant est un sacrifice à ne pas prendre à la légère.

Un impact sur la santé mentale

Le rôle d’aidant vient impacter la santé mentale et l’équilibre psychologique de l’aidant. Le stress généré, la fatigue accumulée, la pression récurrente, la lourde charge mentale, tous ces aspects engendrent une fatigue mentale qu’encore trop de monde minimise. Ce n’est pas tout, la plupart des aidés sont des parents ; il s’avère alors très complexe d’assister à la perte d’autonomie de son père ou de sa mère. Il est également complexe d’accepter la maladie et de voir l’état de santé de son parent se dégrader.

Bien entendu, bon nombre d’aidants pensent au futur envoyant leur proche de plus en plus en difficulté et appréhendent la suite.C’est une étape très compliquée à gérer pour l’aidant, qui, en plus, manque bien souvent d’écoute, de compréhension et d’empathie de la part de son entourage.

Un impact sur la santé physique

Si tous ces aspects viennent impacter l’équilibre psychique de l’aidant, ils génèrent également un fort impact sur la santé physique. Le stress accumulé engendre chez l’aidant une fatigue physique élevée. Cette fatigue physique associée à une lourde charge mentale crée souvent des troubles de l’humeur, une déprime passagère voire une réelle dépression chez l’aidant.De plus, cette mission d’aidant aux multiples fonctions peut être la cause de douleurs physiques telles que des maux de dos, maux de tête, douleurs articulaires, mais également provoquer des troubles du sommeil voire des phases insomniaques. L’aidant peut alors tomber dans un véritable cercle vicieux, car à cause de ces douleurs physiques et/ou de troubles du sommeil, il subira davantage de fatigue et de stress.

Une force mentale pour protéger son proche de ces épreuves

Votre proche possède certainement ses propres angoisses face à la maladie qui l’assaille. Vous-même en tant qu’aidant avez pu éprouver à l’annonce de la maladie de votre proche ou éprouvez toujours des angoisses également, des regrets face à une relation différente dûs à la maladie qui s’est immiscée entre vous, une difficulté à accepter des réactions parfois inappropriées ou inattendues de la part de votre proche.

Il est tout à fait légitime que vous souhaitiez minimiser les angoisses de votre proche, souvent votre papa ou votre maman en prenant sur vous pour tenter de le calmer, de l’apaiser, de le rassurer. Vous allez vouloir tout mettre en œuvre pour que votre proche garde tout de même le moral, parvienne à faire preuve d’un minimum d’optimisme, ne culpabilise pas, n’ai pas honte…Cela demande une grande force mentale que l’on ignore encore lorsque nous n’avons pas été confrontés à ce type de situation.

Un grand sens de l’organisation

Être aidant, c’est aussi être organisé. Et si vous n’êtes pas une personne organisée à la base, vous allez devoir apprendre à l’être parla force des choses. Effectivement, être aidant, c’est parvenir à conjuguer vie privée, vie professionnelle et rôle d’aidant. C’est également parvenir à coordonner l’ensemble des rendez-vous médicaux, l’intervention des différents intervenants à domicile, réaliser les achats nécessaires à l’aidé et à son quotidien.En tant qu’aidant, vous devez également vous occuper de toutes les démarches administratives de votre proche, mais également parfois tenir ses comptes bancaires et gérer ses dépenses. Cette organisation indispensable est une mission lourde à gérer et contribue à la fatigue mentale de l’aidant.

Déchargez-vous grâce à MONKA

Heureusement, Monka existe ! Plusieurs solutions vous sont proposées, et vous allez pouvoir les retrouver sur notre site. Les formules Monka Confort et Monka Sérénité vous aident à y voir plus clair grâce à un bilan personnalisé. Ce bilan nous servira à vous proposer des professionnels de santé capables de venir en aide à votre proche selon ses besoins et son degré d’autonomie, mais également de vous guider sur les différentes aides financières qui vous sont destinées. Monka prend soin de l’aidé et de l’aidant pour que la vie de chacun s’améliore et que la dépendance ou la maladie soient vécues dans les meilleures conditions de vie possibles. Contactez-nous pour échanger sur nos solutions et choisir celle qui est la plus adaptée à votre situation.