Zoom sur les conjoints-aidants

Selon l’étude qu’avait réalisée le magazine Top Santé pour Monka durant l’hiver dernier, vous étiez 32% des aidants à venir en aide à votre conjoint. En tant que conjoint-aidant, cela peut vous paraitre normal d’assister votre partenaire de vie. Cela engendre pourtant une charge mentale et physique importante et peut parfois venir altérer la relation de couple. Nous avons décidé d’y consacrer un article pour soutenir toutes les personnes qui accompagnent leur conjoint en situation difficile.

18/7/2022

Qu’est-ce qu’un conjoint-aidant?

Nous l’avons déjà évoqué sur d’autres articles du blog de Monka. L’aidant familial est une personne qui vient en aide de manière régulière auprès de l’un de ses proches.Il peut s’agit d’un membre de la famille ou d’un ami, d’une connaissance. Ce proche peut avoir besoin d’aide s’il est malade, s’il est en situation de handicap ou en perte d’autonomie.

En tant que conjoint-aidant, vous venez en aide à votre partenaire de vie. Que vous soyez marié ou non, que vous soyez pacsés ou bien simplement en concubinage, vous êtes considéré comme aidant si vous assistez votre conjoint ou compagnon dans les actes de la vie quotidienne : prise de repas, habillage, toilette, trajets pour les rendez-vous médicaux, etc.

Je suis conjoint-aidant, puis-je être rémunéré ?

Au vu du nombre d’heures passé auprès de votre conjoint pour l’assister dans son quotidien, la question de la rémunération parait tout à fait légitime. D’autant plus que certains d’entre vous sont obligés d’aménager leur temps de travail. Si la personne aidée peut rémunérer son proche aidant, ce n’est malheureusement pas le cas pour les conjoints-aidants. En effet, l’aidé peut recevoir l’Allocation Personnalisée d’Autonomie ou la Prestation deCompensation du Handicap pour rémunérer un intervenant à domicile, mais il n’a pas le droit de rémunérer son partenaire de vie, même si vous n’êtes que le concubin.

Bonne nouvelle, il existe tout de même une aide financière : l’Allocation Journalière du Proche Aidant (AJPA). Cette aide financière permet à l’aidant familial d’être dédommagé durant un total de 66 jours durant tout le long de son activité professionnelle, soit 22 jours par mois. Son montant dépendra de votre situation personnelle : dans le cas d’un conjoint-aidant, elle est de 43.83€ par jour. Les conditions pour en bénéficier :

·      Vous partagez votre vie avec la personne ayant besoin d’aide (concubin, pacsé, marié) ;

·      Vous habitez en France ;

·      Vous ne percevez pas de revenus de la part de votre conjoint ;

·      Vous ne recevez pas d’autre aide qui ne serait pas cumulable avec l’AJPA ;

·      Vous êtes salarié, non-salarié, demandeur d’emploi rémunéré, stagiaire dans le cadre d’une formation professionnelle.

Conjoint aidant et relation de couple

Lorsque l’on partage sa vie avec une personne, c’est alors naturellement qu’on lui viendra en aide s’il tombe malade, s’il est en situation de handicap, s’il vieillit et perd son autonomie. Mais, lorsque l’on sait que la relation proche aidé/aidant peut être une charge très lourde tant physiquement que moralement, qu’en est-il de la relation de couple ?

Les changements dans le couple

Plusieurs facteurs sont susceptibles de modifier la relation de couple si vous êtes conjoint aidant. Tout d’abord, la situation difficile de la personne aidée peut venir modifier son caractère, son humeur, son attitude et cela peut venir entacher la relation de couple que vous aviez construit jusqu’à présent. Vous n’avez pas non plus les mêmes rôles au sein du couple, ce qui viendra créer un déséquilibre : certains parviennent à trouver un nouvel équilibre, tandis que cela s’avère plus compliqué pour d’autres. L’humeur du conjoint-aidant peut, elle aussi, être modifiée pour diverses raisons :

·      Difficultés à concilier vie professionnelle, vie personnelle, vie de conjoint-aidant ;

·      Fatigue accumulée ;

·      Stress ;

·      Difficulté à tout gérer seul pour deux ;

·      Difficulté morale à accepter ces bouleversements au sein du couple ;

·      Difficulté à accepter ces nouveaux rôles en supplément du rôle de conjoint (infirmière, médecin, psychologue, aide à domicile…).

Quelles solutions pour les conjoints aidants ?

Lorsque la perte d’autonomie s’invite au sein du couple, il est plus compliqué de recourir à l’aide de professionnels de la santé. L’aidé suppose qu’en vivant en couple, son conjoint ou concubin est parfaitement en mesure d’accomplir les gestes du quotidien ou de pouvoir l’aider en cas de besoin.

Certaines personnes en perte d’autonomie, notamment les hommes, éprouvent des difficultés à déléguer des tâches réalisées par la gent féminine à des intervenants extérieurs. D’autres, consciemment ou inconsciemment, souhaitent renvoyer l’image d’un couple uni, se soutenant dans toutes les situations ; dans ce cas précis, recourir à une équipe médicale semblerait renvoyer, selon eux, l’image d’un conjoint impuissant ou non volontaire.

Déléguer lorsque l’on est conjoint aidant

Le conjoint-aidant peut être amené à s’épuiser, à force de vouloir tout concilier et gérer seul. L’épuisement concerne tous les aidants, que vous soyez le conjoint de votre proche, un autre membre de la famille ou simplement un proche. Le rôle de proche aidant est déjà épuisant, alors même que l’on ne partage pas le domicile du proche aidé et que l’on dispose de quelques courts moments de répit à domicile.

En vivant avec une personne en perte d’autonomie, cela peut donc être encore plus éprouvant. Déléguer certaines tâches s’avère donc être une idée judicieuse pour prévenir l’épuisement. En tant qu’aidant, il est parfois difficile de déléguer et cela peut engendrer de la culpabilité, encore plus si vous êtes le conjoint : vous pouvez vous sentir redevable d’une certaine mission envers votre compagnon de vie. Monka vous aide à faire face à cela en vous proposant des solutions pour limiter cette culpabilité. Monka vous aide également à profiter d’une vie plus sereine à domicile en organisant au mieux votre quotidien et celui de votre proche aidé.

Les solutions de Monka pour votre couple aidant/aidé

Monka soutient les aidants, quelle que soit votre situation personnelle. Vous pouvez bénéficier d’un bilan personnalisé où nous échangerons ensemble sur votre situation et celle de votre proche : sur votre quotidien, vos besoins et vos attentes. Notre souhait est de vous offrir une meilleure qualité de vie grâce à des solutions personnalisées et adaptées.

Pour cela, vous aurez le choix entre deux formules d’accompagnement qui vous permettront d’améliorer la situation globale de votre quotidien et de celui de votre conjoint. En adoptant l’une de nos formules, vous allez pouvoir retrouver votre rôle de conjoint et vous faire aider : vous et votre compagnon serez soutenus, écoutés, guidés afin que cette perte d’autonomie entrave le moins possible votre vie de couple.