Quelles sont les causes de l’isolement des aidants ? (Fatigue, stress, culpabilité…)

Si vous êtes aidant, vous connaissez certainement cette problématique. Elle concerne une grande majorité des proches aidants : l’isolement. En effet, certains aidants consacrent jusqu’à 8h de leur temps chaque semaine à leur proche. L’investissement en temps et en énergie auprès des aidés ne laisse que peu de temps à la vie sociale, aux divertissements ou à la pratique d’une activité. Quelles sont réellement les causes de l’isolement des aidants ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

23/5/2022

L’isolement des aidants :  comment l’expliquer ?

De nombreuses raisons peuvent conduire l’aidant à s’isoler ou à subir l’isolement. Si vous êtes aidant, vous vous reconnaitrez certainement parmi l’une de ces causes.

Un impact sur la vie professionnelle et le lien social entre collègues

Si le travail représente une véritable bulle d’oxygène pour certains aidants, ce n’est pas le cas de tous, malheureusement. Certains profitent du temps de travail pour penser à autre chose, échanger avec leurs collègues durant leur temps de présence.

D’autres aidants profitent de leur temps de pause pour venir en aide à leur proche. D’autres encore ont fait la demande de passer à temps partiel ou de pouvoir bénéficier d’un aménagement de leur planning, et il devient alors compliqué de profiter des moments importants au sein de l’entreprise. D’autant plus que le stress et la fatigue subie par l’aidant n’aident pas à entretenir des rapports agréables entre collègues. Et pour ceux qui ont dû stopper leur activité professionnelle, ils subissent alors :isolement, manque de confiance en eux, sentiment de solitude, incompréhension, mauvaise estime d’eux-mêmes….

L’incompréhension de l’entourage face au rôle d’aidant

Si l’on prend en compte le fait que l’aidant lui-même ne sait pas forcément qu’il est aidant, on peut comprendre que l’entourage de ce dernier soit davantage encore dans l’incompréhension envoyant la vie de l’aidant d’un regard externe. En effet, peu de personnes encore connaissent réellement le monde de l’aidance à domicile et tout ce que cela comporte :

·      État de santé de l’aidé ;

·      Organisation des rendez-vous médicaux ;

·      Coordination des plannings des différents intervenants à domicile ;

·      Courses, ménage, etc.

L’aidant passe énormément de temps à accomplir ces nombreuses tâches, mais parfois aussi en temps de transport. Certains membres de l’entourage de l’aidant peuvent même être amenés à penser que l’aidant exagère, lorsqu’il l’entend parler. D’ailleurs, ce n’est pas moins de 18% des aidants qui accusent le coup face à de telles réactions. Alors, parfois, c’est l’aidant lui-même qui s’isolera avec le temps : il ne souhaite pas gêner les autres, avoir à faire à leurs jugements, à leurs questionnements, ni à leurs remarques.

Des sujets encore tabous à éviter

Le monde de l’aidant et des séniors n’est en effet pas toujours très gai. L’aidant côtoie la maladie, le handicap, la perte d’autonomie, et parfois la mort. Ce sont des sujets malheureusement encore tabous en 2022. L’entourage parfois gêné face à de tels sujets évite alors de passer du temps avec l’aidant afin de ne pas avoir à les aborder durant une discussion.

Si en tant qu’aidant, vous cohabitez avec votre proche, vous avez peut-être aussi cessé de recevoir des visites. Vous avez peut-être la crainte de mettre les personnes mal à l’aise dans un logement aménagé pour votre proche, ou si vous n’avez pas eu le temps de ranger par manque de temps.Vous ne recevez donc plus personne chez vous. Certaines personnes cessent alors à leur tour d’inviter l’aidant en retour.

Des confinements qui ont accentué l’isolement

Durant les différents confinements successifs, beaucoup de structures ayant fermé leur porte, les aidants ont dû assumer des tâches qui ne leur incombaient pas forcément. Cela leur a pris du temps sur leur planning, ce qui a engendré du stress et accentué leur isolement. Une fois isolé, il est très difficile de revenir en arrière : l’isolement est un cercle vicieux.

Le manque d’argent

Même s’il existe certaines aides financières à destination des aidants et des aidés, beaucoup ne le savent pas. Et ceux qui le savent et qui en bénéficient conservent tout de même des frais à leur charge. Certains aidants étant passés en temps partiel dans leur activité, et d’autres ayant dû cesser complètement leur activité professionnelle, se retrouvent en grande difficulté financière. Il ne leur reste donc plus assez d’argent pour recevoir, sortir entre amis et encore moins pour partir en vacances.

La fatigue physique et mentale

Lorsque l’on connait le monde de l’aidance, on sait à quel point la charge mentale peut peser lourd sur la vie de l’aidant. Il est alors plus facile de comprendre que l’aidant a du mal à pouvoir profiter du peu de temps libre dont il dispose ; généralement, il profite de ces courts moments pour se reposer. Les aidants manquent cruellement de repos et de sommeil.

Certains subissent également une fatigue physique importante selon l’état de santé de l’aidé. Enfin, bon nombre d’aidants sont également parents solos ; ils doivent donc assumer seuls leur(s) enfant(s) à charge.Il n’est donc pas évident ni de sortir ni de continuer à voir son entourage, ni même parfois avoir la force de passer un simple coup de téléphone.

L’éloignement géographique

Certaines personnes avaient un cercle amical et des collègues de travail dans la région où ils résidaient avant de devenir aidants.Mais, il arrive que certains d’entre eux soient contraints de déménager pour venir en aide efficacement à leur proche. Ainsi, ils se retrouvent parfois dans une commune où ils n’ont aucun lien social. Le manque de temps lié à leur rôle d’aidant ne leur permet pas non plus de faire de nouvelles connaissances et ils doivent donc subir l’isolement.

Les baisses de moral

Différentes circonstances (le manque de temps, le manque d’argent, la fatigue, le manque de sommeil, etc.) engendrent forcément des baisses de moral. Vous le savez si vous êtes vous-même aidant, nous avons tendance à nous isoler lorsque nous n’avons pas le moral. Sinon, il arrive également que notre entourage n’ait plus envie de nous côtoyer dans ces moments-là : parfois, de par un sentiment de malaise, ne sachant que faire pour venir en aide à l’aidant. Ceci fait également partie d’un cercle vicieux avec des conséquences néfastes sur l’aspect psychologique de l’aidant.

Pourquoi l’isolement est-il un cercle vicieux ?

De nombreux sociologues ont étudié la question et ils obtiennent tous le même constat : plus l’on s’isole, plus il est difficile pour la personne de parvenir à recréer un lien avec les autres. Et donc, plus il est isolé. Mais, quoi qu’il en soit, comme l’aidant doit jongler entre l’organisation de sa vie personnelle (et familiale), sa vie professionnelle et sa vie d’aidant, comment pourrait-il parvenir à trouver du temps pour sa vie sociale ? Elle est pourtant d’une importance capitale.

Si vous êtes aidant, toute votre attention sera concentrée sur cette organisation au quotidien. S’il est donc difficile de conserver sa vie sociale, il est tout aussi difficile d’y penser seulement. L’aidant doit faire des choix et portera bien sûr une priorité sur son proche. L’isolement pointe sans que l’on ne s’en rende compte et s’amplifie avec le temps. L’aidant s’en rend compte quand il est généralement trop tard.

Monka vous soutient afin que vous ne connaissiez pas l’isolement

Monka est né pour de nombreuses raisons et l’isolement est l’une des causes pour laquelle l’entreprise œuvre chaque jour. En proposant des solutions aux aidants, Monka soutient les aidants en leur permettant de se décharger de nombreuses tâches : cela leur permet d’alléger leur charge mentale, leur stress, leur fatigue et de pouvoir davantage profiter de leur temps libre. Avec Monka, vous allez enfin pouvoir allier les différents pans de votre vie et pouvoir continuer à vous épanouir tout en étant aidant. Contactez-nous si vous souhaitez en discuter ou nous faire part de votre témoignage.